Archive for avril 2012

Etudes d’itinéraires avec Limoges Métropole

jeudi 26 avril 2012

* Objet de la rencontre

Vendredi 20/04/12 Nous avons été invités par Limoges Métropole à réfléchir sur de futurs aménagements permettant notamment de relier la Gare des Bénédictins à la Technopole d’ESTER. Thierry Bennegen et Jérôme Fraisse représentaient l’association et nous avons étés accueillis par Cédric Sénamaud et Alain Martin de la Direction Aménagements et Déplacements.
Nous avons bénéficié d’une écoute attentive et senti dans les discussions une bonne compréhension des problèmes liés à la pratique du vélo à Limoges.
Nous sommes allés en vélo sur le terrain avec M. Sénamaud pour explorer de futurs itinéraires.
Notre rencontre a été l’occasion de réfléchir à l’amélioration de quelques points délicats dans les aménagements existants.

* Itinéraire Gare des Bénédictins -> La Bastide

Il existe actuellement des aménagements discontinus pour cet itinéraire empruntant l’avenue du Général Leclerc. Se pose l’inconvénient d’un fort trafic et du point noir que constitue le carrefour des Arcades. M. Sénamaud nous propose d’explorer un itinéraire plus serein repéré ci-dessous:

Avantages:
– circulation pacifiée
– pente à peu près constante sans redescentes
– proximité d’établissements scolaires (Grand-Treuil, Maupassant, Ronsard)
Inconvénients:
– distance parcourue plus importantes
– complexité (nécessité d’un bon balisage)
– difficile à récupérer pour les gens venant de l’ouest

* Liaison La Bastide – ESTER

Pour cet aménagement, l’agglo s’appuiera sur les propositions que nous avions formulées dans notre étude déjà réalisée (piste cyclable goudronnée le long de la route à la place du chemin de terre actuel). Un point noir subsiste pour le franchissement de l’autoroute, l’aménagement du pont étant de la compétence du département et non de l’agglo.

* Itinéraire Gare des Bénédictins -> ESTER par Aristide Briand

Cet itinéraire est beaucoup plus court pour rejoindre ESTER que les précédents. L’inconvénient du fort trafic sur une voie relativement étroite peut être contourné en montée par l’itinéraire que nous avions déjà étudié en 2010 avec Mme Claire Rouaud. Il emprunte la passerelle piétonne sur l’autoroute, longeant la voie ferrée:


Dans le sens descendant, la vitesse plus importante des cyclistes ne nécessite pas d’emprunter la passerelle, le parcours de la rue Aristide Briand ne posant pas de difficultés.

* Aménagement du carrefour devant la place Maison-Dieu

Le passage sur le trottoir pour aller de la rue Théodore Bac à la place Maison-Dieu, que nous avions pointé du doigt lors de notre action de 2008 où nous avions refait des marquages à la chaux, va être supprimé au profit d’un itinéraire identique à celui des voitures. C’est un peu plus long, mais moins dangereux et plus continu.

Un autre problème se pose pour les cyclistes descendant le Cours Gay Lussac et souhaitant rejoindre la rue Aristide Briand. Ils doivent en effet rejoindre et emprunter, comme les voitures, le rond-point en bas du Cours Bugeaud pour ensuite revenir sur leurs pas le long de la place Maison-Dieu. Si ce détour n’est pas pénalisant pour un véhicule motorisé, il en va autrement lorsqu’il s’agit de pédaler.
Une solution idéale consisterait à emprunter la voie de bus, mais la coordination automatique des feux l’interdit dans la configuration actuelle.
Une solution transitoire consisterait à autoriser les cyclistes à traverser le trottoir au niveau du passage piéton devant la place Maison-Dieu, pour tourner en direction de la rue Aristide Briand:

* Voie bus-vélo avenue Locarno


La voie de bus n’est autorisée aux vélos que dans le sens montant alors que la configuration semble identique dans les 2 sens et que la longueur de l’itinéraire n’est que de quelques dizaines de mètres.
Nous demandons à l’agglomération de se pencher sur cette incohérence, sachant que cet itinéraire permet d’éviter un détour avec du dénivelé.

* Recommandations générales

Certains marquages existants étant en cours de reprise ou de prolongement, nous avons émis nos conseils pour éviter les maladresses réalisées auparavant. Nous avons salué le fait que les nouveaux marquages ont été réalisés de façon réfléchie (bandes larges et pictogrammes éloignés du trottoir).
Voici la synthèse de nos préconisations remises à MM Martin et Sénamaud:

Conseil_reprise_marquage

* Bilan de la rencontre

Nous avons apprécié l’écoute compréhensive de nos interlocuteurs et la volonté désormais de prévoir la réalisation des aménagements de façon concertée. Nous saluons l’engagement de ne réaliser de nouveaux aménagements que s’ils sont cohérents.
Malgré la bonne volonté affichée, les marges de manœuvre restent toutefois limitées par les intérêts contradictoires des différents services.
Il nous faut une fois de plus nous résoudre à admettre que les temps d’évolution sont très longs puisque nous en sommes encore à évoquer des problématiques déjà abordées plusieurs années auparavant.
On travaille pour l’avenir…

Besoin d’un véhicule électrique en Limousin ?

lundi 16 avril 2012

Nous vous conseillons de contacter notre première entreprise adhérente à l’association :

Lim’innov

Guidon d’or et clou rouillé de la FUB 2012

samedi 14 avril 2012

La Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB), qui regroupe 180 associations d’usagers, a tenu son assemblée générale annuelle le 14 avril 2012 à Pau. Elle a décerné le Guidon d’or à l’Atelier des Mobilités Modernes de Blanquefort (Gironde) et le Clou rouillé à la communauté d’agglomération de Dieppe (Seine-Maritime).

Guidon d’or :

à Blanquefort, commune dont le maire est Président de la Communauté Urbaine de Bordeaux. Créé par la ville sous statut de régie municipale, l’Atelier des Mobilités Modernes de Blanquefort (15 000 habitants) est une structure participative d’aide à la réparation associée à un recyclage de vieux vélos, qui propose par ailleurs des vélos en location. Cet espace de service aux usagers ne vend rien et fonctionne par adhésion, dont le prix varie suivant le niveau d’implication souhaité. Il peut même être réduit en échange de temps de bénévolat. Présenté comme une première en France, il est le résultat d’un travail de concertation avec les habitants.

Etait également nominée la ville d’Asnières-sur-Seine, qui a généralisé zones 30 et doubles sens cyclables sur l’ensemble de sa voirie après avoir longtemps ignoré le vélo.

Clou rouillé :

à Dieppe (35 000 habitants), qui manifeste à ses yeux une régression en matière d’aménagements cyclables. L’agglomération Dieppe Maritime avait avant 2007 ouvert timidement la voie à une pratique du vélo. Les nouveaux élus ont ensuite fait machine arrière : retrait de financement à un loueur de vélos associatif, construction d’un couloir de bus trop étroit pour accueillir les vélos, rénovations de rues sans y intégrer d’aménagements cyclables (non-respect de la loi LAURE). Rien n’est fait pour aménager l’avenue de Dieppe censée s’intégrer dans l’avenue verte « Londres-Paris ».
Ont également été nominées au Clou rouillé la ville de Nîmes (Gard), littéralement dévorée par la voiture et traversée par la Nationale 113, ainsi que la ville de Lunel (Hérault) pour des aménagements cyclables rares et totalement inadaptés, souvent réduits à de la peinture blanche sur des trottoirs.

Voie de bus cyclable rue François Chénieux

mercredi 4 avril 2012

La rue François Chénieux est mise à sens unique à l’essai pour 6 mois. La voie libérée dans le sens conseil général vers la place Denis Dussoubs est maintenant réservée aux bus, taxis et vélos. Cette modification doit faciliter la circulation des bus mais elle va également mettre en sécurité des vélos. N’hésitez pas à emprunter cet itinéraire et à nous laisser vos commentaires.

Image

De l’expérimentation à la généralisation

dimanche 1 avril 2012

Ce n’est pas un poisson d’avril, la circulation sur une partie de la rue François Chénieux est bien à sens unique sauf pour les bus, taxis et vélo.

Cette expérimentation devrait pourtant montrer que la gestion de la circulation à sens unique avec DSC  améliore grandement les conditions de circulation des bus et facilite la progression du vélo à Limoges.

En effet, Limoges n’est pas faite pour les voitures toujours de plus en plus nombreuses et de plus en plus larges, ni pour les bus, si l’on continue de maintenir des voies de circulation à double sens. La solution envisagée ici fait gagner 10 à 15minutes sur le trajet de la ligne 1 des bus de la TCL.

Les cyclistes peuvent descendre jusqu’à la place Denis Dussoubs sans prendre de risques en doublant des files interminables de voitures.

Et ils se font doubler en sens inverse par des voitures qui prennent toutes les précautions qui s’imposent en doublant largement le vélo en chevauchement le couloir de « vélo-bus-taxi ».

Et les commerces de cette rue ?  ils devraient revivre, moins de pollution dû aux véhicules stagnants devant le feux, les piétons eux aussi vont pouvoir réinvestir les trottoirs et traverser plus sereinement, histoire de faire quelques achats…

Quand une généralisation vers d’autres rues verra-t-elle le jour ?