Archive for the ‘3) Services et accompagnement’ Category

Quel éclairage choisir ?

dimanche 11 novembre 2018

Suite à l’opération « Cycliste Brillez 2018 »,

Nous mettons ici quelques illustrations et conseils pratiques sur les éclairages des vélos.

D’après nous il n’existe pas une solution, mais plusieurs en fonction de l’usage que l’on fait du vélo par faible luminosité.

Solution 1 : Dynamo-moyeu

La dynamo-moyeu est un système de génération d’électricité lorsque la roue tourne. ce système est généralement associé à des éclairages fixes avant et arrière performant. Les modèles adaptés au transport urbain disposent de condensateurs qui stockent suffisamment d’énergie pour que le vélo reste éclairé lors des arrêts au feux.

Avantages : toujours bien éclairé, peu de résistance au roulement, pas besoin de piles.

Inconvénient : le prix, même si celui-ci diminue, il faut compter environ 150€ l’ensemble. Il est plus avantageux d’acheter un vélo déjà équipé de ce genre de système. On peut rencontrer quelques problème de connectique si usage intensif ou exposition prolongée à la pluie (oxydation).

dynamoMoyeu.jpg

Solution 2 : Systèmes à aimants

Les éclairages à aimant s’éclairent à chaque passage de celui-ci. Il est nécessaire de fixer les éclairages sur la fourche et les haubans arrières ou les axes de roues. Il s’agit uniquement d’un éclairage de positionnement, qui peut être en fonction des modèles, à éclairage continu, clignotant, ou clignotant même à l’arrêt pendant 2 à 3minutes.

Avantages : Éclairage de positionnement toujours actif, peu de résistance au roulement, pas besoin de piles.

Inconvénient : Ce système ne permet pas de voir sa route ci-celle-ci n’est pas éclairée. Il existe une multitude de modèles aux performances inégales (du bon éclairage au moyen). Il est conseillé de doubler le nombre d’aimants pour un éclairage plus performant.

Certains modèles deviennent fragiles au bout de 5 à 6 ans

Solution 3 : Système à piles ou batteries

C’est le plus connu des systèmes, on en trouve à tout les prix. Le système de fixation est plus ou moins complexe et fiable mais permet d’enlever l’éclairage rapidement. Certains dispositifs utilisent des piles « longue durée » au lithium ou des batteries rechargeables.

Avantages : pouvant être aussi performants que des systèmes associés à une dynamo-moyeu.

Inconvénient : autonomie limitée, piles devant être changées plus ou moins régulièrement.  Risque de perte ou vol (facilement démontable).

Certains systèmes sont intégrés au casque, ce qui supprime de risque de perte ou vol. Attention toutefois à ne pas limiter l’efficacité du casque si on lui rajoute des éclairages de cadre.

Solutions complémentaires

Les dispositifs passifs (catadioptres-bandes réfléchissantes,…) permettent au cycliste d’être plus facilement identifié comme tel et à une distance bien plus grande que ne le permet la plupart des éclairages actifs. eclairagePassif

Pas chers et sans besoin d’énergie, ils ne tombent pas en panne et améliorent réellement la sécurité, même s’ils ne sont pas légalement obligatoires en ville, contrairement à l’éclairage.

Quel antivol choisir ?

jeudi 1 novembre 2018

Nous recommandons les antivols de cadre, ils sont :

  • solides
  • rapides à verrouiller pour acheter son pain (moins d’1 seconde !!!)
  • adaptés au stationnement plus long, à condition d’investir dans la chaîne à raccorder sur le dispositif de base

Voici les principaux fabricants :

L’autre solution la plus efficace concerne tous les antivols en U, c’est lourd mais solide.

Vous trouverez un complément sur tous les systèmes grâce au site de la Fub

Atelier de réparation vélo avec l’association Varlin Pont Neuf

mardi 23 octobre 2018

Yaka

L’association Varlin Pont Neuf œuvre depuis près de 60 ans pour l’insertion professionnelle de personnes en difficulté en s’appuyant en particulier sur le logement, la mobilité et la création d’entreprises.

Dans ce cadre, elle met en place des ATELIERS DE MOBILISATION ET D’INSERTION (AMI) dans le but de socialiser des personnes souvent en grande difficulté, en leur proposant diverses activités.

Parmi les activités proposées, l’apprentissage du vélo et les ateliers de réparation vélo son vécues très positivement par les personnes prises en charge. Elles sont menées en partenariat avec l’association Véli-Vélo.

Quelques séances de pratique sur les bords de Vienne ont permis à plusieurs personnes d’apprendre ou de réapprendre à faire du vélo. Ayant pris goût à cette mobilité, ces personnes ont émis le souhait d’acquérir un vélo.

Motobecane

L’association Véli-Vélo s’est alors engagée à vendre à un prix symboliques des vélos à ces personnes tout en leur faisant participer à leur remise en état, le but étant de les rendre autonomes à terme.

C’est le mardi 23 octobre qu’a eu lieu la première session d’atelier de réparation dans les locaux de Varlin Pont Neuf, ayant permis de fournir 4 vélos en bon état de marche avec éclairage et antivol.

D’autres sessions permettront de fournir de nouveaux vélos et d’assurer le suivi de l’entretien de ceux déjà livrés.

Rollmar

Atelier vélo au Café Réparation des Portes Ferrées

samedi 1 septembre 2018

En-Tete_Facebook

A peine les stands installés pour le café réparation des Portes Ferrées ce samedi 1er septembre, des personnes affluaient du quartier avec des vélos et autres objets sous le bras à réparer. Ils ont du patienter jusqu’au lancement des hostilités à 14h, puis il n’y a plus eu de temps morts jusqu’en fin d’après-midi…

Les bénévoles de Véli-Vélo et ceux des autres associations participantes (Petits Débrouillards, Ressource Rit, Oiseaux malins, CITELS, Accorderie) on réparé toutes sortes d’objets, Et beaucoup de vélos! La quinzaine de bénévoles en action n’était pas de trop!

Ateliers.jpg

Outre les problèmes récurrents de pneus dégonflés et de chambres percées, beaucoup de vélos arrivaient dans un état de manque d’entretien assez avancé, plutôt limite pour la sécurité de leurs jeunes utilisateurs…

vélos

Ce fut l’occasion de faire de la pédagogie pour apprendre à repérer les pannes et à les réparer soi-même.

planche.jpg

Beaucoup d’énergie (humaine) dépensée, mais la satisfaction de voir repartir des enfants et des adultes le sourire aux lèvres avec un vélo qui fonctionne bien!

enfants

Cette expérience nous conforte dans notre idée que la mise en place d’un atelier d’auto-réparation vélo est nécessaire pour développer la mobilité à vélo et améliorer sa sécurité. Cette activité répond à 3 enjeux urbains importants:

  1. La mobilité
  2. L’aide sociale
  3. La réduction des déchets

A ce titre, nous sollicitons les collectivités pour nous aider à développer cette activité qui nécessite des moyens humains et matériels.

Action

La journée s’est terminée par une conviviale « Disco Soupe » où chacun a mis la main à la pâte pour éplucher les légumes récupérés dans les commerces du coin, pour faire une soupe géante partagée gratuitement par les gens du quartier autour d’un peu de musique.

La presse locale était présente et l’ECHO a produit un bel article sur cette journée:

Edition_haute-vienne_03-09-18

 

Balades autour de Limoges

jeudi 23 août 2018

Si vous êtes intéressés par des sorties d’une heure ou deux sur les chemins à proximité de Limoges, contactez-nous par courriel (limoges@fubicy.org) pour qu’on vous mette en relation avec le groupe d’adhérents qui en organise régulièrement.

Rando vélo été 2018 en Nouvelle-Aquitaine

mercredi 22 août 2018

Le 28 juillet un petit groupe de 9 individus s’élança, le mot est fort, plutôt gravit avec peine, la première côte à la sortie de Périgueux peu après le premier café après la Gare. Chargés comme des baudets qu’ils n’étaient pas tous, loin de là, on remarquait curieusement, au milieu d’un groupe somme toute assez homogène d’usagers de la carte vermeil, deux jeunes de moins de 20 ans. Ce n’était pas des infirmiers, bien que leur présence n’aurait pas été inutile, mais des étudiants, dont l’une en sociologie. Ce curieux attelage arrivait par le train dans lequel il avait eu bien du mal à caser 9 vélos.

randoete2018groupe

Si leur performance sportive ne marquera pas l’histoire du cyclisme, je parle du groupe pas des jeunes, là n’était pas leur but. Adeptes des discours philosophiques sur l’existence de Dieu, l’importance d’une bonne bière après l’effort (ou pendant ? Les débats et les multiples expériences n’ont pas permis de trancher), ou encore le choix d’un château en Haut-Medoc ou celui d’un resto le soir quand on a la flemme de faire la bouffe, ils n’ont pas démérité. Pensez, dormir sur ce qui se nomme un matelas chez Décathlon, passer 6 heures par jour sur une selle, subir les ronflements de certains dont nous sommes prêts à révéler les noms si un nouveau voyage devait voir le jour, relève quand même d’un curieux comportement. Les conclusions de l’étudiante en socio sont donc attendues avec intérêt.

Sinon,  les plus courageux (eh oui, certains avaient une excuse pour abréger) ont parcouru presque  400 km, entre Périgueux, les environs de Bergerac (rencontre avec un viticulteur bio fort intéressante : les commandes sont à adresser à Philippe), puis ont cheminé à travers l’Entre deux mers pour arriver à Bordeaux par  la voie verte. Sur leur élan, remontée de la Garonne puis de la Gironde jusqu’à Fort Médoc et le bac qui permet de rejoindre Blaye. Et là un bien joli camping situé au sommet de la Citadelle nous attendait. Avant dernière étape, direction Saint-Emilion en empruntant la petite route de la corniche qui suit la rive droite de la Gironde puis de la Dordogne. Le lendemain, par une température à rester faire la sieste à l’ombre, direction la gare de Montpon. Si nous n’avons pas progressé en mécanique (aucune panne à déplorer) nous savons tout maintenant sur les aires géographiques des vignobles bordelais et sur ce qui distingue une vigne bio d’une conventionnelle. Et tout ça grâce à qui ? À Philippe, notre gentil organisateur, réveil matin, mangeur de cacahuètes, cycliste à moustache.

A l’année prochaine !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Café réparation 1er septembre 2018

mercredi 8 août 2018

Dans une ambiance conviviale, et accompagné par des bénévoles, venez découvrir l’art de réparer le Samedi 1er septembre 2018 de 14h à 17H quartier des portes Ferrées, 38 rue Domnolet Lafarge.

cafeR

L’association Véli-Vélo s’occupera de l’atelier vélo. N’hésitez pas à venir apprendre à réviser votre monture!

A cette occasion, nous remettrons en état des vélos récupérés à destination des réfugiés. Tous les coups de main seront les bienvenus ainsi que de nouveaux vélos à donner, quel que soit leur état…

Session de réparation de vélos : Fait !

lundi 23 juillet 2018

Assis.e.s sur la selle de leur vélo, un geste d’au-revoir et un sourire en guise de remerciement. Telle était la fin de cette journée de réparation du mercredi 18 juillet. Le matin une dizaine de vélos ont été remis en état pour les demandeurs d’asile de Limoges qui sont venu.e.s les choisir et participer aux réparations.

L’après-midi nous sommes allé.e.s à l’AFPA afin de réaliser l‘entretien des vélos des réfugiés. Changement de chambre à air, réglage de freins, mise en place de lumières, réglage de dérailleur avant et arrière… Il y en avait pour tous les goûts !

Bref, une journée sous le soleil riche en rencontre et en cambouis !

20180718_134536

A bientôt pour une nouvelle session de réparation ouverte à tout le monde (à condition de trouver un local !).

Balade en chemins du 17 juillet 2018

mercredi 18 juillet 2018

A chacun son vélo.

Cet été : Découverte des chemins encore très nature, tout près de la ville, dans Limoges même.

Mardi 17 juillet, comme convenu, nous nous sommes retrouvés à 18h devant l’entrée du cimetière de Louyat,  (rue Halévy), point de départ pour une balade découverte en direction de Grossereix.

Nous avons atteint Grossereix en n’empruntant pratiquement que des sentiers blottis dans les espaces boisés le long de l’Aurence et en ne traversant que seulement quatre voiries fréquentées par les automobiles et autres bus ou camions. Oui, c’est encore possible ! C’est même un peu surréaliste d’être dans un écrin de verdure en pleine ZI nord ou en lisière de Family village. C’est un bien joli corridor écologique, à respecter et  à protéger pour le bien de tous. C’est un des poumons de la ville. Hélas, tout autour, les travaux, dits d’aménagement, ne cessent de le contenir et de l’isoler des autres trames vertes qui par ailleurs disparaissent chaque jour un peu plus.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme une chambre à air « ne tenait plus le vent », nous avons même eu l’occasion de réviser la pose d’une rustine… La pratique du vélo, c’est une manière simple et peu coûteuse de se déplacer… C’est encore plus la liberté si l’on est autonome face à une crevaison, n’est ce pas ?

Pour le retour, après une traversée bien peu agréable de l’A20 au niveau de l’échangeur de Grossereix (où rien n’est prévu pour les piétons et cyclistes ; personnes à mobilité réduite, n’en parlons pas), nous avons emprunté les cheminements doux de Beaubreuil, les pistes du bois de la Bastide (priorité aux piétons, coureurs ou pas, bien évidemment), et enfin l’allée du parc de l’Aurence (juste en contre bas du cimetière de Louyat : Donc un retour avec également très peu de voiries fréquentées par des véhicules motorisés.

Bilan : Une bien agréable balade, un peu à l’écart du bruit, des gaz d’échappements et autre particules plus ou moins fines. Une balade pour prendre l’air, se bouger un peu, tout en respectant le rythme de chacun. Une balade pour découvrir aussi tout ce qui nous entoure et que nous ne savons pas toujours voir dans l’agitation actuelle : la flore (les orties n’ont pas manqué de caresser les mollets non couverts…), la faune (grenouille agile, héron cendré, pinson des arbres… famille garenne aussi…).

Bien évidemment, au cours de cette balade nous n’avons pas manqué de repérer les points d’eau potable et noter aussi tout ce qui entrave un cheminement agréable et sûr pour les cyclistes et pas que… La plupart des difficultés rencontrées sont en fait créées par les aménagements routiers qui manifestement n’ont été conçus que par des automobilistes, pour les automobilistes. A nous de gagner des cheminements doux !

D’autres balades « découverte de chemins de traverse » seront immanquablement organisées dans les jours à venir. Les itinéraires empruntés pourront souvent facilement être améliorés et même devenir des cheminements reliant les différents quartiers traversés, en toute tranquillité, pour le bonheur de tous.

 

Armel Arcondéguy

 

 

Activités d’été

samedi 14 juillet 2018

Nous vous proposons de partir à la découverte des chemins tout proches de la ville de Limoges. Nous commencerons par les bords de l’Aurence en zone Nord. Rendez-vous le mardi 17 juillet à 18h devant l’entrée du cimetière de Louyat (rue Halévy), pour une virée d’environ 1h30 et 15km en direction de Grossereix, en respectant le rythme de chacun.

Par ailleurs, une douzaine de vélos nous ont été donnés à destination des réfugiés. Ils nécessitent une petite remise en état. Nous vous proposons donc un atelier réparation le mercredi 18 juillet à partir de 10h au 88 rue des Tuilières